Page d’accueil statique

Bienvenue sur le blog du Groupement de recherche 2092 Techniques et production dans l’histoire (GDR TPH)  créé par l’INSHS en janvier 2O2O et basé au Centre Alexandre Koyré. Il rassemble 17 laboratoires et 169 chercheur.e.s.

  CONTEXTE SCIENTIFIQUE ET INSTITUTIONNEL

Faisant le double constat du dynamisme de l’histoire des techniques (collections, revues, question aux concours d’enseignement 2016-2018, colloque de Cerisy 2019 sur « Les sciences humaines et sociales en recherche technologique », etc.) et de la dispersion des chercheurs (répartis, en faibles effectifs, sur au moins 17 laboratoires), les initiateurs du projet souhaitent améliorer cette situation paradoxale, source d’une insatisfaction croissante dans la communauté des chercheur.e.s. Au manque d’institutionnalisation de l’histoire des techniques en France, qui marque son histoire depuis le xixe siècle, s’est ajoutée récemment la disparition de centres qui ont joué un rôle fédérateur et incubateur (Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement, CDHTE du Cnam, Centre de Recherches en Histoire des Sciences et des Techniques, CRHST, basé à la Cité des Sciences et de l’Industrie). Pourtant, des tentatives de coordination dans la communauté académique ont eu lieu à une époque récente et c’est ce que nous souhaitons maintenant conforter. Une première étape a eu lieu en 2000, à l’initiative du CDHTE, du CRHST et de plusieurs laboratoires de l’EHESS. Elle a donné lieu à des assises de l’histoire des techniques à l’EHESS et à la création de la liste de diffusion ATHENA qui existe toujours et joue un rôle essentiel de liaison dans cette communauté encore plus éclatée de nos jours que par le passé[1]. Récemment, en 2018, à l’initiative de collègues de l’EHESS qui pour certains ont participé au lancement de la liste ATHENA, un réseau a été créé en lien avec un séminaire mensuel sur « Les techniques et la culture matérielle »[2]. Le succès de la liste ATHENA et les séances de ce réseau basé à l’EHESS ne pallient pas cependant le défaut de coordination et de structuration de la recherche dans le domaine. Il est devenu crucial que la communauté de recherche soit dotée d’un organe de travail collectif, qui permette les collaborations sur une large variété de sujets, transpériodes et transnationaux, ainsi que le développement systématique d’approches réflexives et interdisciplinaires dont l’histoire des techniques, dans toutes ses composantes,  a si fortement besoin. C’est le but de ce GDR, rattaché au Centre Alexandre Koyré ce qui se justifie par la place centrale de cette UMR en histoire des sciences et des techniques à l’échelle nationale. Depuis le précédent contrat, le CAK possède un axe dédié à l’histoire des techniques, particulièrement actif (« Techniques, technologie, matérialité »)[1]. Le Conseil de laboratoire du CAK, soucieux d’encourager cette dynamique a voté à l’unanimité en faveur de l’accueil du GDR. Le GDR sera donc basé au Campus Condorcet qui offre déjà de multiples opportunités, notamment pour la collaboration avec le Musée de l’air et de l’espace, la Cité des Sciences et de l’Industrie/Universcience et l’Université Paris 8. L’enjeu est de créer une fédération souple de laboratoires, de chercheur.e.s et de conservateur.trice.s, de conforter la visibilité institutionnelle de l’histoire des techniques, tout en s’articulant aux laboratoires existants et au GIS Unité de la technologie et des sciences humaines (UTSH) dédié aux trois équipes d’accueil des universités de technologie[2]. Sur cette base, une réflexion collective a été menée lors d’une réunion le 15 avril 2019 qui a rassemblé 61 personnes dans les locaux parisiens de l’Université de Compiègne. Ce large écho, suite aux contacts pris avec des laboratoires et des chercheur.e.s individuel.le.s dont les réponses ont toutes été positives, attestent que la proposition répond à un besoin évident en histoire des techniques. Cent-dix-neuf chercheur.e.s rattaché.e.s à 17 laboratoires et institutions ont exprimé leur souhait de rejoindre le GDR. En parallèle, 34 chercheur.e.s ont rejoint le GDR individuellement. De plus, quatre institutions patrimoniales de premier plan ont aussi accepté d’être membres partenaires: le Centre de recherche et de restauration des musées de France, C2RMF (Ministère de la culture, service des musées de France), le Conservatoire national des arts et métiers (direction du patrimoine, l’information et la culture scientifique et technique), le Musée de l’Air et de l’Espace et le Musée du quai Branly-Jacques Chirac. Enfin, si l’histoire des techniques à l’international a souvent été développée au sein de l’histoire des sciences ou de l’histoire économique, une nouvelle donne est en cours dans plusieurs institutions, y compris par la création de laboratoires spécialisés. Plusieurs centres à l’étranger ont marqué leur intérêt pour une collaboration avec le GDR TPH : le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’EPFL (Suisse), l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, le Laboratoire pour l’Histoire environnementale et technologique de l’École des hautes études en sciences économiques (HSE) Saint-Petersbourg, l’Institut für Philosophie, Literatur-, Wissenschafts- und Technikgeschichte, Technische Universität Berlin.

PERIMETRE   « Techniques et production dans l’histoire »

Le GDR tph entend développer les approches historiques des techniques dans le cadre des interactions interdisciplinaires, transpériodes, et transnationales. La locution « dans l’histoire » est le signe que nous prenons nos distances avec une approche disciplinaire étroite : nos objets d’étude appartiennent au passé mais la discipline ne ne se limite pas à l’histoire. L’archéologie, les sciences sociales (dont l’anthropologie), la philosophie, l’épistémologie, la muséologie ainsi que les sciences dures et les sciences de l’ingénieur construisent le champ de recherche appelé histoire des techniques. La mention de la « production »  permet à la fois de limiter le périmètre au sein des techniques et donc des activités humaines et d’élargir la perspective par rapport à la notion d’industrie, qui couplée au machinisme a trop souvent été associée aux techniques, les réduisant à la concentration de la production. Toutes les formes d’organisation de la production, y compris celles des mondes ruraux, miniers, maritimes sont incluses, de même que les travaux publics et la construction. En lien, la question des ressources, celle des impacts environnementaux de la production constituent un volet essentiel. Enfin, les savoirs techniques, la pensée et l’intelligence techniques ainsi que la théorisation de la technique et l’imaginaire des techniques sont indissociables de toute analyse des techniques de production, comme l’ont montré bien des travaux récents qui forment les principaux acquis de la dernière génération. L’extension temporelle du GDR court de l’Antiquité à l’histoire contemporaine. En termes spatiaux, le GDR est ouvert aux études connectées et globales récemment développées  en histoire des techniques. Trois laboratoires (le CCJ, le CRCAO et le CREDO) intéressés par le GDR attestent la vigueur des études sur les techniques dans les mondes asiatiques et océaniens. L’intérêt du Musée du quai Branly-Jacques Chirac conforte cette dimension tout en l’ouvrant largement aux autres aires culturelles. En termes méthodologiques, le GDR revendique une ouverture aux sciences dures, comme l’attestent l’intérêt des laboratoires LIED, IRAMAT et C2RMF. L’enjeu, pour le GDR,  est d’appuyer les recherches sur les transitions énergétiques et de contribuer à nourrir le débat sur l’effondrement. Il s’agit aussi de mener des recherches de pointe sur la composition et la qualité des matériaux dans les époques hautes, cette approche étant au cœur d’avancées historiographiques majeures sur les temporalités et circuits techniques depuis une vingtaine d’années. C’est pourquoi une démarche spécifique sera menée auprès de la Mission aux initiatives transversales du CNRS de manière à réfléchir aux partenariats en réseau avec les sciences dures.

OBJECTIFS                                                

Le GDR TPH  regroupera des chercheur.e.s, des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des conservateur.trice.s qui font une place centrale à l’étude historique des techniques dans leurs travaux et dans les multiples dimensions de leur activité professionnelle. Son principal objectif est de développer une réflexivité en histoire des techniques et de mettre en valeur les travaux de fond qui ont doté notre communauté d’un outillage intellectuel longtemps mal connu et dont on perçoit de mieux en mieux les apports et les retombées, au-delà même de l’histoire des techniques, qu’il s’agisse de questions majeures comme celle des temporalités en histoire ou de chantiers comme celui du livre technique dont l’étude a permis d’ouvrir des réflexions fondamentales sur la définition des arts, de la technique, de la technologie, des savoirs tacites et des formes de leur codification que l’on ne peut plus considérer de nos jours comme la seule expression de la science appliquée. Les activités se déclineront en cinq registres. Elles seront relayées par la création d’un site du GDR via les outils numériques proposés par le CNRS (Openedition) avec hébergement sur la plateforme Hypothèses. Ce site assurera de manière plus générale la visibilité des initiatives portées et soutenues par le GDR, comme la participation de ses membres aux congrès des associations internationales.

  1. Fédérer un réseau : un atelier-forum deux fois par an. L’atelier se tiendra sur une demi-journée et comprendra deux interventions issues des ressources du GDR (chercheur.e.s, équipes, projets). L’objectif est une présentation des travaux des membres du GDR, individuellement, en tant qu’équipes ou bien comme porteurs de projets, de manière à conforter l’interconnaissance dans la communauté. Au-delà, sur le plan épistémologie, il s’agit de confronter des méthodes, des terrains, des concepts, des historiographies.
  1. Développer la réflexivité : un atelier-concept deux fois par an. Le déroulement aura lieu sur une journée, avec des interventions de 20 à 30 mn et une large part du temps sera réservée aux discussions. L’objectif est de travailler les notions fondamentales de l’histoire des techniques de manière à comprendre ce qu’elles recouvrent au sein de la communauté des chercheur.e.s en faisant une large part aux échanges interdisciplinaires et aux acquis de l’historiographie. Les concepts suivants ont été proposés lors de la réunion du 15 avril 2019 et pourront orienter l’agenda durant les 5 ans de durée du GDR : Technique -Technologie – Industrie – Génie- Artefact – Effondrement. Quatre journées seront consacrées au questionnement des concepts simondoniens (lignée, filière, génétique, concrétisation, individuation, milieu…) à la lumière des recherches historiques menées depuis une génération.
  1. Promouvoir la dynamique internationale : un colloque international « Historiographies techniques xixe– xxie siècles », à l’automne 2022, avec publication des actes à l’automne 2024. Le but sera d’une part d’analyser et d’interroger la place des techniques dans les sciences humaines et sociales (SHS) à l’international, plusieurs travaux récents ayant analysé les raisons de leur absence, soit en histoire, soit en SHS[3]. On questionnera notamment l’effacement qui a souvent marqué les travaux en histoire des techniques, par exemple à travers l’étude des modalités de publication et de diffusion (contraintes mais aussi choix de supports éditoriaux locaux ou associatifs). Un deuxième objectif sera de confronter les historiographies nationales, encore peu connues et peu appelées à dialoguer. Ce deuxième volet fonctionnera sur le modèle des « dialogues croisés » (twins) sous formes de couples d’interventions faisant jouer des historiographies. Enfin, la dimension politique des courants historiographiques, en France et à l’étranger sera interrogée, entre colonialisme, communisme, altermondialisme et écologie par exemple.

En parallèle, des soutiens financiers seront apportés aux membres présentant les résultats des travaux du GDR dans des congrès internationaux en histoire des techniques, afin de conforter la dynamique internationale du GDR (lCOHTEC-International Committee for the History of Technology, SHOT-Society for the History of Technology).

  1. Organiser des formations : deux écoles d’été (2021, 2023) (conférences d’ouverture, présentations d’étudiants, ateliers, visites de sites et de collections). Ces écoles se fonderont sur un pool de partenaires en France (dont les écoles doctorales des établissements de rattachement des laboratoires membres du GDR) et à l’étranger, comme le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’EPFL, l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, l’École des hautes études en sciences économiques (HSE) Saint-Petersbourg et la Technische Universität Berlin.

L’école d’été 2021 privilégiera la question des temporalités techniques à travers celle des réparations, des remplois et de la durabilité. Ce sera l’occasion de faire une large place aux études globales, grâce à l’appui du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac dont une conservatrice, Gaëlle Beaujean, qui a rejoint le projet de GDR, a co-organisé en 2007 une exposition, Objets blessés, objets réparés[4]. Ces questions seront en prise avec la longue durée des techniques jusqu’au mouvement des repair-cafés et des fab-labs. Des contacts en ce sens ont été établis pour l’organisation en juin 2019 du colloque Les réparations de la préhistoire à nos jours : cultures techniques et savoir-faire co-organisé par Gianenrico Bernasconi, Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Olivier Raveux. En 2023, les thématiques abordées seront ouvertes. Elle concerneront les questions structurantes de la discipline et la méthodologie : 1) le tournant spatial de l’histoire des techniques (de la territorialité des techniques à l’histoire globale des techniques) ; 2) les archives de la technique (écrits, objets, images) ; 3) les nouvelles formes de médiation multi-sensorielles et l’archéologie expérimentale ; 4) l’histoire de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ; 5) les trajectoires techniques et la question des échecs ; 6) les techniques du corps ; 7) les enjeux contemporains de l’histoire des techniques, en particulier les controverses socio-techniques sur l’environnement et les débats sur l’intelligence artificielle. Au-delà de la formation à la recherche des étudiants de master et doctorat, dans un domaine encore peu présent dans l’offre académique, le but est aussi d’attirer un public élargi tels que de futurs enseignants de technologie, de futurs ingénieurs ou des étudiants en patrimoine pour leur proposer une initiation à la recherche et un contact avec les archives, les collections spécialisées et les méthodes d’investigation physico-chimiques. Un effort particulier sera fait en direction des enseignants du secondaire. Lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2017, « Eurêka », en particulier au cours de la table-ronde  « Les révolutions industrielles ont-elles existé ? »[5], des attentes fortes avaient été exprimées par le public, soucieux de prendre de la distance par rapport aux manuels disponibles, parfois en décalage avec les acquis de la recherche sur les notions d’innovation et de changement technique. Cet objectif irait de pair avec la constitution d’un recueil de textes (traductions, textes anciens, mises en contexte etc.).

5-Médiatiser les activités du GDR : le numérique. Les activités du GDR seront relayées par un site via les outils numériques proposés par le CNRS (Openedition). Ce site assurera la visibilité des initiatives portées et soutenues par le GDR : adresse mail générique ; blog sur la plateforme Hypothèses ; gestion via Scienceconf pour les colloque et les ateliers ; tenue de la liste de diffusion du GDR ; compte twitter. Le site offrira aussi une bibliographie partagée (collection HAL, groupe ZOTERO) qui permettra la publication du recueil évoqué ci-dessus, à commencer par un large éventail de textes (80) issus des préparations à la question de concours de CAPES et d’agrégation (2016-2019). Il comprendra enfin, un annuaire de la communauté (établissement, laboratoire, équipes, membres) offrant ainsi une base de données d’experts, un recensement des enseignements et formations disponibles et les actualités du GDR. Les différents ateliers pourront être captés (audio ou vidéo) puis accessibles de manière asynchrone.

[1] https://listes.services.cnrs.fr/wws/info/athena/ [2] https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2838/ [3] Eric Schatzberg, “Why is there no discipline of technology in the social sciences?”, Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, 8, 2018, p. 193-213; Ludovic Coupaye et Laurence Douny, « Dans la trajectoire des choses », Techniques & Culture, 52-53, 2009, p. 12-39. [4] Gaetano Speranza éd., Objets blessés. La réparation en Afrique, Paris, Musée du quai Branly, 2007. [5] Article dans Le Monde, Antoine Reverchon, 27 octobre 2017. [1] https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2838/ [1] https://listes.services.cnrs.fr/wws/info/athena/

Le Groupement de recherche Techniques et production dans l’histoire (GDR TPH) est hébergé par le Centre Alexandre Koyré.

Il est coordonné par Liliane Hilaire-Pérez (Centre Koyré/ICT) en collaboration avec Guillaume Carnino (COSTECH) et Catherine Verna (ARSCAN).

Les membres du bureau sont :

– Guillaume Carnino (MCF, Université de technologie de Compiègne/COSTECH EA 2223, section 33)

– Philippe Dillmann (DR CNRS, IRAMAT-LMC UMR 5060/CEA Saclay, section 32)

– Marina Gasnier (PR, Université de Technologie de Belfort/FEMTO-ST/RECITS, UMR 6174,  section 33) –

Liliane Hilaire-Pérez (PR, Université de Paris/ICT EA 337, DE EHESS/Centre Koyré UMR 8560, section 33)

– Leopoldo Iribarren (MCF, EHESS/ANHIMA UMR 8210, section 32)

– Gaspard Pagès (CNRS, ARSCAN UMR 7041, section 32)

– Delphine Spicq (MCF, Collège de France/CCJ UMR 8173, section 33)

– Catherine Verna (PR, Université Paris 8/ARSCAN UMR 7041, section 32) .