Qui sommes-nous ?

Créé par l’INSHS en janvier 2020 et basé au Centre Alexandre Koyré, le Groupement de recherche 2092 Techniques et production dans l’histoire (GDR TPH) rassemble 17 laboratoires et 169 chercheur.e.s.

Contexte scientifique et institutionnel

Faisant le double constat du dynamisme de l’histoire des techniques (collections, revues, question aux concours d’enseignement 2016-2018, colloque de Cerisy 2019 sur « Les sciences humaines et sociales en recherche technologique », etc.) et de la dispersion des chercheurs (répartis, en faibles effectifs, sur au moins 17 laboratoires), les initiateurs du projet souhaitent améliorer cette situation paradoxale, source d’une insatisfaction croissante dans la communauté des chercheur.e.s.

Au manque d’institutionnalisation de l’histoire des techniques en France, qui marque son histoire depuis le xixe siècle, s’est ajoutée récemment la disparition de centres qui ont joué un rôle fédérateur et incubateur (Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement, CDHTE du Cnam, Centre de Recherches en Histoire des Sciences et des Techniques, CRHST, basé à la Cité des Sciences et de l’Industrie). Pourtant, des tentatives de coordination dans la communauté académique ont eu lieu à une époque récente et c’est ce que nous souhaitons maintenant conforter. Une première étape a eu lieu en 2000, à l’initiative du CDHTE, du CRHST et de plusieurs laboratoires de l’EHESS. Elle a donné lieu à des assises de l’histoire des techniques à l’EHESS et à la création de la liste de diffusion ATHENA, qui existe toujours et joue un rôle essentiel de liaison dans cette communauté encore plus éclatée de nos jours que par le passé [1]. Récemment, en 2018, à l’initiative de collègues de l’EHESS qui pour certains ont participé au lancement de la liste ATHENA, un réseau a été créé en lien avec un séminaire mensuel sur « les techniques et la culture matérielle » [2]. Le succès de la liste ATHENA et les séances de ce réseau basé à l’EHESS ne pallient pas cependant le défaut de coordination et de structuration de la recherche dans le domaine. Il est devenu crucial que la communauté de recherche soit dotée d’un organe de travail collectif, qui permette les collaborations sur une large variété de sujets, transpériodes et transnationaux, ainsi que le développement systématique d’approches réflexives et interdisciplinaires dont l’histoire des techniques, dans toutes ses composantes,  a si fortement besoin. C’est le but de ce GDR, rattaché au Centre Alexandre Koyré ce qui se justifie par la place centrale de cette UMR en histoire des sciences et des techniques à l’échelle nationale.

Depuis le précédent contrat, le CAK possède un axe dédié à l’histoire des techniques, particulièrement actif (« Techniques, technologie, matérialité ») [3]. Le Conseil de laboratoire du CAK, soucieux d’encourager cette dynamique a voté à l’unanimité en faveur de l’accueil du GDR. Le GDR sera donc basé au Campus Condorcet qui offre déjà de multiples opportunités, notamment pour la collaboration avec le Musée de l’air et de l’espace, la Cité des Sciences et de l’Industrie/Universcience et l’Université Paris 8. L’enjeu est de créer une fédération souple de laboratoires, de chercheur.e.s et de conservateur.trice.s, de conforter la visibilité institutionnelle de l’histoire des techniques, tout en s’articulant aux laboratoires existants et au GIS Unité de la technologie et des sciences humaines (UTSH) dédié aux trois équipes d’accueil des universités de technologie [4]. Sur cette base, une réflexion collective a été menée lors d’une réunion le 15 avril 2019 qui a rassemblé 61 personnes dans les locaux parisiens de l’Université de Compiègne. Ce large écho, suite aux contacts pris avec des laboratoires et des chercheur.e.s individuel.le.s dont les réponses ont toutes été positives, attestent que la proposition répond à un besoin évident en histoire des techniques. Cent-dix-neuf chercheur.e.s rattaché.e.s à 17 laboratoires et institutions ont exprimé leur souhait de rejoindre le GDR. En parallèle, 34 chercheur.e.s ont rejoint le GDR individuellement. De plus, quatre institutions patrimoniales de premier plan ont aussi accepté d’être membres partenaires: le Centre de recherche et de restauration des musées de France, C2RMF (Ministère de la culture, service des musées de France), le Conservatoire national des arts et métiers (direction du patrimoine, l’information et la culture scientifique et technique), le Musée de l’Air et de l’Espace et le Musée du quai Branly-Jacques Chirac. Enfin, si l’histoire des techniques à l’international a souvent été développée au sein de l’histoire des sciences ou de l’histoire économique, une nouvelle donne est en cours dans plusieurs institutions, y compris par la création de laboratoires spécialisés. Plusieurs centres à l’étranger ont marqué leur intérêt pour une collaboration avec le GDR TPH : le Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’EPFL (Suisse), l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel, le Laboratoire pour l’Histoire environnementale et technologique de l’École des hautes études en sciences économiques (HSE) Saint-Petersbourg, l’Institut für Philosophie, Literatur-, Wissenschafts- und Technikgeschichte, Technische Universität Berlin.

Périmètre. « Techniques et production dans l’histoire »

Le GDR TPH entend développer les approches historiques des techniques dans le cadre des interactions interdisciplinaires, transpériodes, et transnationales. La locution « dans l’histoire » est le signe que nous prenons nos distances avec une approche disciplinaire étroite : nos objets d’étude appartiennent au passé mais la discipline ne ne se limite pas à l’histoire. L’archéologie, les sciences sociales (dont l’anthropologie), la philosophie, l’épistémologie, la muséologie ainsi que les sciences dures et les sciences de l’ingénieur construisent le champ de recherche appelé histoire des techniques. La mention de la « production »  permet à la fois de limiter le périmètre au sein des techniques et donc des activités humaines et d’élargir la perspective par rapport à la notion d’industrie, qui couplée au machinisme a trop souvent été associée aux techniques, les réduisant à la concentration de la production. Toutes les formes d’organisation de la production, y compris celles des mondes ruraux, miniers, maritimes sont incluses, de même que les travaux publics et la construction. En lien, la question des ressources, celle des impacts environnementaux de la production constituent un volet essentiel. Enfin, les savoirs techniques, la pensée et l’intelligence techniques ainsi que la théorisation de la technique et l’imaginaire des techniques sont indissociables de toute analyse des techniques de production, comme l’ont montré bien des travaux récents qui forment les principaux acquis de la dernière génération. L’extension temporelle du GDR court de l’Antiquité à l’histoire contemporaine. En termes spatiaux, le GDR est ouvert aux études connectées et globales récemment développées  en histoire des techniques. Trois laboratoires (le CCJ, le CRCAO et le CREDO) intéressés par le GDR attestent la vigueur des études sur les techniques dans les mondes asiatiques et océaniens. L’intérêt du Musée du quai Branly-Jacques Chirac conforte cette dimension tout en l’ouvrant largement aux autres aires culturelles. En termes méthodologiques, le GDR revendique une ouverture aux sciences dures, comme l’attestent l’intérêt des laboratoires LIED, IRAMAT et C2RMF. L’enjeu, pour le GDR,  est d’appuyer les recherches sur les transitions énergétiques et de contribuer à nourrir le débat sur l’effondrement. Il s’agit aussi de mener des recherches de pointe sur la composition et la qualité des matériaux dans les époques hautes, cette approche étant au cœur d’avancées historiographiques majeures sur les temporalités et circuits techniques depuis une vingtaine d’années. C’est pourquoi une démarche spécifique sera menée auprès de la Mission aux initiatives transversales du CNRS de manière à réfléchir aux partenariats en réseau avec les sciences dures.


[1] https://listes.services.cnrs.fr/wws/info/athena/

[2] https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2838/


Crédits iconographiques : Vue de l’interieur du Champ-de-Mars l’Expérience aerostatique de M.r Degen : [estampe] ([2ème état]) / Gravé sur verre et Imprimé par Fourmy ; Déposé à la Direction G.le de la Librairie ; Vol-a-tire d’ailes Exécuté pour la 1re fois à Paris dans le Jardin de Tivoli Par Mr Degen, Mécanicien de Vienne en Autriche, le 10 Juin 1812 : [estampe] / Gravé sur verre et Imprimé par fourmy, mis en ligne sur Gallica (Bnf)