Vie et technique. Quelles histoires ? Ateliers-concepts

Cycle thématique | 2021-2022

Organisé par l’équipe « Anthropologie de la vie » : Leopoldo Iribarren, Perig Pitrou et Mélanie Traversier

Même si le couplage entre organismes et systèmes techniques a contribué au processus d’hominisation (Leroi-Gourhan, 1964-65) cette coévolution repose sur des dynamiques temporelles distinctes. Depuis le néolithique, les innovations techniques ont radicalement transformé les interactions des humains avec les milieux naturels et leurs organisations sociales. En revanche, les processus biologiques à l’œuvre dans les corps des vivants, humains et non humains, ont peu évolué, même si les biotechnologies contemporaines offrent des possibilités d’interventions inédites (Dagognet, 1992). Ce décalage temporel soulève des problèmes intéressants pour la conceptualisation de la vie doit beaucoup à l’influence des contextes techniques et historiques. La corrélation entre l’ordre matériel et l’ordre intellectuel ne conduit toutefois pas nécessairement à l’émergence d’idées radicalement nouvelles. Georges Canguilhem ([1952] 1965) ou Jessica Riskin (2016) repèrent une oscillation, au cours de l’histoire, entre le mécanisme, qui rend intelligible le fonctionnement des organismes à partir de l’observation d’objets techniques, et le vitalisme, qui affirme que les systèmes vivants ne sont pas réductibles à ce type d’explication. Comment, dès lors, faire l’histoire des relations conceptuelles entre innovations techniques et connaissance de la vie ? Au-delà des explications vitalistes, mécanistes, existe-t-il d’autres schèmes explicatifs qui apparaissent, de manière plus ou moins rémanente au cours de l’histoire ?

À partir d’études de cas, appartenant à des périodes historiques distinctes, nous proposons d’examiner comment le monde technique sert d’atelier où s’élaborent les concepts pour appréhender la complexité des phénomènes associés à la vie. Cette interrogation sur la manière de faire l’histoire des liens entre vie et technique s’engage dans deux directions, pour étudier les relations de continuités et d’analogie entre les organismes et les systèmes techniques que les humaines inventent.


Organismes et systèmes techniques : continuités

Première journée – 13 septembre 2021

À l’Université de Paris, Campus Grands Moulins, Bâtiment Olympe de Gouges, salle M019, place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Télécharger le programme complet : https://tph.hypotheses.org/files/2021/10/JE-Vie-Technique-Quelles-histoires-Argumentaire-JE-13-septembre-et-18-octobre-2021-DEF-1.pdf

La production d’artefacts techniques peut avoir vocation à prolonger les processus vitaux au-delà de l’enveloppe corporelle autant qu’à les réactiver, les mesurer ou les évaluer. La première journée s’intéressera donc à des inventions dans lesquelles l’installation d’artefacts sur des corps, et autour d’eux, traduisent des variations historiques dans les idées relatives aux fonctionnements de des organismes et aux pouvoirs de la vie. Les enquêtes pourront porter sur les techniques qui externalisent des fonctions biologiques et offrent de nouvelles potentialités d’actions aux corps. Des prothèses organiques conçues depuis l’Antiquité jusqu’au aux bio-objets intégrés à la médecine actuelle, l’histoire ne manque pas d’exemples de ces objets hybride qui questionnent les frontières biologiques et les possibilités de fabrication de fragments du vivant par la technique (Husquin, 2020). De même, les dispositifs aidant à percevoir ce qui se produit à l’intérieur des corps éprouvent les possibilités et les limites du vivant ou captent les signes de la vitalité et du passage de la vie à la mort. E. Hallam envisage les coulages faits au XVIe siècle pour maintenir dans leur forme vivante des animaux tels que des lézards, des serpents, des crapauds ou des crabes comme des « objets épistémiques » qui permettent aux scientifiques de l’époque de s’interroger sur les frontières du vivant (Hallam & Ingold, 2014). D’autres objets qui, en plus de leur fonctionnalité propre, sont pour les historiens des révélateurs des théories de la vie d’une époque donnée pourront être examinés. On peut penser, par exemple – la liste étant loin d’être close – aux boîtes à tabac destinées à ranimer les noyés dans la France des Lumières (Serdeczny 2018), aux mécanismes intégrés à certains cercueils perfectionnés au XIXe siècle évitant, par leur activation, d’enterrer des « vivants » (Sauget), ou encore les machines de la médecine contemporaine pour capter les rythmes du cœur et du cerveau (Helmreich, 2013).


Organismes et systèmes techniques : analogies

Seconde journée – 18 octobre 2021

À l’UTC-IMI-VINCI, 62 bd Sébastopol 75003 Paris, Salle Danielle Quarante

Télécharger le programme complet : https://tph.hypotheses.org/files/2021/10/JE-Vie-et-technique-Programme-18-octobre-2021.doc

Nous aimerions présenter dans cette journée une approche historique des usages de la technique comme puissance réflexive d’explication du vivant. Au lieu d’imaginer que le travail de purification scientifique éloignerait progressivement la connaissance de la vie d’une base phénoménologique, on observe plutôt la continuelle émergence d’analogies utilisées pour mieux se représenter les processus vitaux, saisis à plusieurs échelles. Qu’il s’agisse de connaissances physiologiques, anatomiques ou éthologiques, le schème de la technique a historiquement fourni des représentations (outils, mécanismes, procédés, modèle) dont l’assimilation à la forme ou à la structure biologique correspondante a permis de formuler des lois et des hypothèses conditionnant durablement nos connaissances du vivant. Développée et systématisée en Grèce ancienne, la perception « technique » des organismes vivants a acquis dans le monde occidental le statut d’un a priori culturel. Comparer le fonctionnement de la respiration à la manipulation d’une clepsydre (Iribarren, 2018), la création artistique à un processus biologique (Madeline, 2019), l’animal à une machine (Des Chene, 2001), le corps à une usine, le code génétique à un livre (Fox Keller, 2002) ou l’activité de certaines molécules à des machines (Morange, 2003) : toutes les époques semblent puiser dans une caisse à outils conceptuels – certains très récents, d’autres plus anciens – pour cerner les dynamiques à l’œuvre dans les organismes (Pitrou, 2017). Ce constat, largement partagé, invite à approfondir l’analyse afin de se demander à quelles conditions – épistémologiques, sociales, religieuses, historiques – l’agir technique devient-il le schème analogique privilégié pour rendre compte de processus vitaux ? Du côté des pratiques, dans quelle mesure et avec quels dispositifs la conception et l’usage d’artefacts techniques permettent-ils d’appréhender les limites et les porosités entre le vivant et non-vivant ?


Vie et technique entre continuités et analogies. Réflexions anthropologiques

Troisième journée – 3 octobre 2022

Au Collège de France, Salle 2, 11 place Marcelin Berthelot, Paris 5e

Consulter le programme détaillé : https://tph.hypotheses.org/files/2022/09/2022-10-03-JE-Vie-et-technique-Anthropologie-1.pdf

Inscription : https://forms.gle/LLEpERgD91BVqY478

 


Auteur/autrice : Liliane Hilaire-Perez

Liliane Hilaire-Pérez est professeure d’histoire moderne à l’Université de Paris (Diderot) (EA Identités-Cultures-Territoires ICT), directrice d’études à l’EHESS (Centre Alexandre Koyré) et membre de l’IUF. Elle a notamment publié L’invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, coll. L’Évolution de l’Humanité, 2000), La Pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle (Albin Michel, coll. L’Évolution de l’Humanité, 2013). Elle a récemment édité : avec Guillaume Carnino et A.Kobilsky, Histoire des techniques. Mondes, sociétés, cultures (XVIe- XVIIIe siècle), PUF, Nouvelle Clio, 2016 ; en collaboration avec Valérie Nègre, Delphine Spicq, Koen Vermeir, Le livre technique avant le XXe siècle. À l’échelle du monde, CNRS Éditions, coll. Alpha, 2017 ; avec Guillaume Crnino et Jochen Hoock, La technologie générale. Johann Beckmann Entwurf der allgemeinen Technologie/Projet de technologie générale (1806), PUR, 2017. Son dernier article paru est : “‘What Is Technology?’: An Enquiry into the Science of the Arts at the Dawn of Industrialisation”, in Kristine Bruland, Anne Gerritsen, Pat Hudson, Giorgio Riello (dir.), Re-inventing the Economic History of Industrialisation, McGill-Queens University Press, 2020, p. 44-58. Elle est responsable de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines https://journals.openedition.org/artefact/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search