Appel à communication

Les historiographies nationales des techniques. Au cœur de l’épistémologie en histoire globale des techniques

Colloque international

Paris, 2023

 28-29 Septembre 2023

Université Paris Cité / Musée du quai Branly – Jacques Chirac

L’histoire globale des techniques est un champ neuf, animé d’une forte dynamique scientifique et organisationnelle depuis une quinzaine d’années. Les travaux collectifs et les premières synthèses publiées récemment attestent la possibilité de tirer les premiers enseignements d’une approche multi-scalaire, résolument critique de l’ethnocentrisme et soucieuse de restituer la complexité des mondes techniques sur le long terme, à l’inverse des histoires universelles qui ont longtemps dominé ce domaine d’étude. Si l’histoire globale des techniques crée une rupture épistémique, elle s’inscrit dans le sillage d’approches critiques portées par la mise en cause du diffusionnisme et des transferts techniques, des notions déployées depuis le xixe siècle – tel le paradigme de la supériorité anglaise – et amplifiées par le colonialisme et ses avatars impérialistes.

Le refus des grandes fresques diffusionnistes au profit d’un intérêt croissant pour la complexité des processus de circulation des techniques ne vise pas seulement à mettre en cause la fluidité revendiquée des processus de globalisation. Au cœur de ces approches se tient un thème structurant, la construction de régimes « technopolitiques », véritable marqueur de l’historiographie depuis une génération. Le poids des histoires nationales et le rôle des processus de reterritorialisation dans le domaine techno-scientifique, sans compter l’ampleur des investissements étatiques dans la recherche invitent à une vision dialectique des processus d’ouverture et de fermeture des frontières. S’y ajoute, sur le plan symbolique, l’instrumentalisation des héritages techniques placés au service d’une mythologie techno-nationaliste du pouvoir, dans des contextes extrêmement variés. De ce point de vue, les reconstructions ex-post autour des « traditions nationales » pour évoquer telle ou telle technique constituent un terrain d’investigation. Le récit national de la supériorité anglaise fondé sur l’héroïsation du génie inventif au cœur du concept de Révolution industrielle constitue un cas d’étude.

En ce sens, l’histoire globale des techniques entend comprendre et historiciser ces récits de mystification à la lumière d’une histoire politique des techniques capable de mettre à jour des processus complexes faits d’hybridations, de temporalités croisées, de territoires emboîtés, de polysémies et de controverses, qui imposent une variété de points de vue, de méthodes et d’outillages conceptuels pour les analyser sérieusement. Cette perspective permet, en outre, d’inclure les effets de domination (notamment coloniaux) et de résistance dans l’étude des pratiques techniques.

Le but de ce colloque est de restituer la complexité des historiographies nationales des techniques. L’enjeu est notamment de saisir les logiques autant épistémiques que politiques qui ont conduit à faire du cadre national un référentiel pour comprendre les développements techniques.

D’une part, il s’agit d’analyser le modelage des langues, des thèmes et des concepts par les impérialismes, les techno-nationalismes, que ce soit ceux inspirés des « technologies of the frontier » à l’américaine ou ceux portés par le socialisme et le matérialisme historique, mais aussi les politiques développementistes dans leur diversité. Si l’impact de l’eurocentrisme sur l’histoire des techniques dans bien des régions du monde a nourri un récit asymétrique sur la modernisation avec, pour corollaire, le « retard » des techniques non-européennes et/ou précoloniales, bien d’autres instrumentalisations ont pris place. Il convient de mettre en valeur la diversité des discours et des acteurs ayant contribué à forger un universalisme des techniques qui sert aussi bien l’expansion coloniale que des visées nationalistes, ou bien encore l’opportunisme d’entrepreneurs, et notamment le rôle des ingénieurs à la fois maîtres d’œuvre et véritables médiateurs. Il convient aussi d’interroger les luttes d’appropriation autour du génie national comme dans l’Angleterre victorienne où le culte de l’inventeur a constitué un défi de la société civile aux élites traditionnelles.

D’autre part, l’enjeu est de restituer les efforts des historien.ne.s mais aussi le rôle de groupes sociaux et tendances politiques variés pour produire des analyses contradictoires, dissonantes, y compris en Europe. Une question concerne les alternatives de gestion collective d’équipements techniques, appuyées sur des concepts tels que celui de « techniques appropriées ». Le but est de montrer comment ont pris place des analyses promouvant de nouvelles thématiques, comme l’histoire genrée et la réflexion critique en Europe de l’Est après la chute du Mur de Berlin ou explicitant la multiplicité (et la conflictualité) des trajectoires techniques et la complexité des temporalités, en lien notamment avec les social studies.

Le colloque entend donc promouvoir une réflexivité qui mette à distance les catégories d’analyse forgées par les grandes fresques unifiantes et téléologiques et par les assignations nationalistes si facilement attribuées aux techniques tout en prenant ces constructions comme des objets d’analyse à part entière.

Références bibliographiques

Arnold, David, « Europe, technology, and colonialism in the 20th century », History and Technology, vol. 21, n°1, 2005, p. 85-106.

Grace Joshua, African Motors. Technology, Gender, and the History of Development, Durham, Duke University Press, 2022.

Hilaire-Pérez Liliane, Zakharova Larissa (dir.), Les Techniques et la globalidsation au xxe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Krige John (dir.), How Knowledge Moves. Writing the Transnational History of Science and Technology, Chicago, The University of Chicago Press, 2019, p. 1-31.

MacLeod Christine, Heroes of Invention. Technology, liberalism and British identity 1750-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Mavhunga Clapperton Chakatetsa, What Do Science, Technology, and Innovation Mean from Africa?, Cambridge-MA, The MIT Press, 2017.

Misa Thomas J., Schot Johan, « Inventing Europe: Technology and the Hidden Integration of Europe », History and Technology, vol. 21, n° 1, 2005, p. 1-19.

Pretel David, Camprubi Lino (dir.), Technology and Globalisation. Networks of Experts in World History Cham, Palgrave Macmillan, 2018a.

van der Vleuten Erik, « Toward a Transnational History of Technology: Meanings, Promises, Pitfalls », Technology and Culture, vol. 49, n° 4, 2008, p. 974-994.

Zakharova Larissa, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, politique et société en URSS, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

Comité scientifique
  • Gaëlle Beaujean (musée du quai Branly – Jacques Chirac)
  • Marcos Camolezi (GDR 2092 TPH)
  • Guillaume Carnino (UTC, COSTECH)
  • Alexandre Disser (LAPA-IRAMAT)
  • Vincent Guigueno (musée du quai Branly – Jacques Chirac)
  • Liliane Hilaire-Pérez (UPCité-EHESS, ICT Les Europes dans le monde-Centre Koyré)
  • Jérôme Lamy (CNRS, CESSP)
  • Anaël Marrec (CHS/Centre François Viète)
  • Gaspard Pagès (CNRS, ARSCAN)
  • Catherine Verna (Univ. Paris 8, ARSCAN)


Citer ce billet
Géraldine Barron (2023, 13 juillet). Appel à communication. Techniques et production dans l'histoire. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/urwg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search