Atelier-Forum 2 déc. 2021

Atelier-forum 2 décembre 2021

Musée du Quai Branly-Jacques Chirac

9h30 Accueil

10h-10h40 : Hélène Dessales (ENS, AOROC): L’étude des réparations post-sismiques dans le cadre de l’ANR RECAP (http://recap.huma-num.fr/webpublic/?lang=en)

10h40-11h20 : Gaelle Beaujean (MQB-JC), Vincent Guigueno (MQB-JC) : Le projet sur l’expédition Dakar-Djibouti

Pause

11h30-12h10 : Albert van Wijngarden: Technifier la glace : une réflexion sur la croyance en la possibilité de contrôler le climat arctique pendant la guerre froide.

12h10-13h00 : Marina Gasnier (UTBM, RECITS): Techn’hom Time Machine : expérience autour du concept d’archéologie industrielle avancée.

Déjeuner restaurant

Vie et technique. Quelles histoires ? 13 sept. et 18 oct. 2021

Vie et technique. Quelles histoires ? 

Ateliers-concepts

GDR 2092 « Techniques et production dans l’histoire »

Équipe « Anthropologie de la vie »

http://las.ehess.fr/index.php?2408

Leopoldo Iribarren

Perig Pitrou

Mélanie Traversier

Même si le couplage entre organismes et systèmes techniques a contribué au processus d’hominisation (Leroi-Gourhan, 1964-65) cette coévolution repose sur des dynamiques temporelles distinctes. Depuis le néolithique, les innovations techniques ont radicalement transformé les interactions des humains avec les milieux naturels et leurs organisations sociales. En revanche, les processus biologiques à l’œuvre dans les corps des vivants, humains et non humains, ont peu évolué, même si les biotechnologies contemporaines offrent des possibilités d’interventions inédites (Dagognet, 1992). Ce décalage temporel soulève des problèmes intéressants pour la conceptualisation de la vie doit beaucoup à l’influence des contextes techniques et historiques. La corrélation entre l’ordre matériel et l’ordre intellectuel ne conduit toutefois pas nécessairement à l’émergence d’idées radicalement nouvelles. Georges Canguilhem ([1952] 1965) ou Jessica Riskin (2016) repèrent une oscillation, au cours de l’histoire, entre le mécanisme, qui rend intelligible le fonctionnement des organismes à partir de l’observation d’objets techniques, et le vitalisme, qui affirme que les systèmes vivants ne sont pas réductibles à ce type d’explication. Comment, dès lors, faire l’histoire des relations conceptuelles entre innovations techniques et connaissance de la vie ? Au-delà des explications vitalistes, mécanistes, existe-t-il d’autres schèmes explicatifs qui apparaissent, de manière plus ou moins rémanente au cours de l’histoire ?

À partir d’études de cas, appartenant à des périodes historiques distinctes, nous proposons d’examiner comment le monde technique sert d’atelier où s’élaborent les concepts pour appréhender la complexité des phénomènes associés à la vie. Cette interrogation sur la manière de faire l’histoire des liens entre vie et technique s’engage dans deux directions, pour étudier les relations de continuités et d’analogie entre les organismes et les systèmes techniques que les humaines inventent.

Première journée – 13 septembre 2021

Organismes et systèmes techniques : Continuités

Université de Paris, Campus Grands Moulins,

Bâtiment Olympe de Gouges, salle M019

place Paul Ricoeur, 75013 Paris

La production d’artefacts techniques peut avoir vocation à prolonger les processus vitaux au-delà de l’enveloppe corporelle autant qu’à les réactiver, les mesurer ou les évaluer. La première journée s’intéressera donc à des inventions dans lesquelles l’installation d’artefacts sur des corps, et autour d’eux, traduisent des variations historiques dans les idées relatives aux fonctionnements de des organismes et aux pouvoirs de la vie. Les enquêtes pourront porter sur les techniques qui externalisent des fonctions biologiques et offrent de nouvelles potentialités d’actions aux corps. Des prothèses organiques conçues depuis l’Antiquité jusqu’au aux bio-objets intégrés à la médecine actuelle, l’histoire ne manque pas d’exemples de ces objets hybride qui questionnent les frontières biologiques et les possibilités de fabrication de fragments du vivant par la technique (Husquin, 2020). De même, les dispositifs aidant à percevoir ce qui se produit à l’intérieur des corps éprouvent les possibilités et les limites du vivant ou captent les signes de la vitalité et du passage de la vie à la mort. E. Hallam envisage les coulages faits au XVIe siècle pour maintenir dans leur forme vivante des animaux tels que des lézards, des serpents, des crapauds ou des crabes comme des « objets épistémiques » qui permettent aux scientifiques de l’époque de s’interroger sur les frontières du vivant (Hallam & Ingold, 2014). D’autres objets qui, en plus de leur fonctionnalité propre, sont pour les historiens des révélateurs des théories de la vie d’une époque donnée pourront être examinés. On peut penser, par exemple – la liste étant loin d’être close – aux boîtes à tabac destinées à ranimer les noyés dans la France des Lumières (Serdeczny 2018), aux mécanismes intégrés à certains cercueils perfectionnés au XIXe siècle évitant, par leur activation, d’enterrer des « vivants » (Sauget), ou encore les machines de la médecine contemporaine pour capter les rythmes du cœur et du cerveau (Helmreich, 2013).

Seconde journée – 18 octobre 2021

Organismes et systèmes techniques : Analogies

UTC-IMI-VINCI, 62 bd Sébastopol 75003 Paris

Salle Danielle Quarante.

Nous aimerions présenter dans cette journée une approche historique des usages de la technique comme puissance réflexive d’explication du vivant. Au lieu d’imaginer que le travail de purification scientifique éloignerait progressivement la connaissance de la vie d’une base phénoménologique, on observe plutôt la continuelle émergence d’analogies utilisées pour mieux se représenter les processus vitaux, saisis à plusieurs échelles. Qu’il s’agisse de connaissances physiologiques, anatomiques ou éthologiques, le schème de la technique a historiquement fourni des représentations (outils, mécanismes, procédés, modèle) dont l’assimilation à la forme ou à la structure biologique correspondante a permis de formuler des lois et des hypothèses conditionnant durablement nos connaissances du vivant. Développée et systématisée en Grèce ancienne, la perception « technique » des organismes vivants a acquis dans le monde occidental le statut d’un a priori culturel. Comparer le fonctionnement de la respiration à la manipulation d’une clepsydre (Iribarren, 2018), la création artistique à un processus biologique (Madeline, 2019), l’animal à une machine (Des Chene, 2001), le corps à une usine, le code génétique à un livre (Fox Keller, 2002) ou l’activité de certaines molécules à des machines (Morange, 2003) : toutes les époques semblent puiser dans une caisse à outils conceptuels – certains très récents, d’autres plus anciens – pour cerner les dynamiques à l’œuvre dans les organismes (Pitrou, 2017). Ce constat, largement partagé, invite à approfondir l’analyse afin de se demander à quelles conditions – épistémologiques, sociales, religieuses, historiques – l’agir technique devient-il le schème analogique privilégié pour rendre compte de processus vitaux ? Du côté des pratiques, dans quelle mesure et avec quels dispositifs la conception et l’usage d’artefacts techniques permettent-ils d’appréhender les limites et les porosités entre le vivant et non-vivant?

Références bibliographiques indicatives :

Pascal Brioist, Les Audaces de Léonard de Vinci, Paris, Stock, 2019.

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.), L’analogie dans les techniques, Paris, CNRS éditions, 2017.

Georges Canguilhem, La Connaissance de la vie, 1952, rééd. augmentée, Paris, Vrin, 1965.

Anne Carol, L’Embaumement. Une passion romantique. France, XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2015. .

Valérie Delattre, Handicap : quand l’archéologie nous éclaire, Inrap, Cité des sciences et de l’industrie. Éditions Le Pommier, 2018.

Denis Des Chene, Spirits and Clocks : Machine and Organism in Descartes, Ithaca, Cornell University Press, 2001.

Emmanuel Drouin, Pascal Jézéquel, François Régis Bataille (dir.), Stéphane Leduc, précurseur controversé de la biologie synthétique, éditions Glyphes, 2015.

Evelyn Fox Keller, Making Sense of Life: Explaining Biological Development with Models, Metaphors, and Machines, Boston, Harvard University Press, 2002. 

Elizabeth Hallam & Tim Ingold (dir.), Making and Growing. Anthropological Studies of Organisms and Artefacts, Farnham, Ashgate, 2014.

Stefan Helmreich, “Potential energy and the body electric: Cardiac waves, brain waves, and the making of quantities into qualities”, Current Anthropology, 2013, 54(S7), p.139-148.

Caroline Husquin, L’Intégrité du corps en question. Perceptions et représentations de l’atteinte physique dans la Rome antique, Rennes, PUR, 2020.

Leopoldo Iribarren, Fabriquer le monde : technique et cosmogonie dans la poésie grecque archaïque, Paris, Classiques Garnier, Paris, 2018.

André Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1964-1965.

Bertrand Madeline, « L’homme à la main médusante », Studiolo, revue d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, n° 16, La main de l’artiste, 2019, p. 12-35.

Joost Mertens, “Technology as the science of the industrial arts: Louis-Sébastien Lenormand (1757-1837) and the popularization of technology”, History and Technology, 2012, 18, p. 203-231.

Michel Morange, Histoire de la biologie moléculaire, Paris, La Découverte, 2003. 

Perig Pitrou « Life as a making », Natureculture, 4, 1-37, 2017. [http://natureculture.sakura.ne.jp]

Jessica Riskin, The Restless Clock: A History of the Centuries-Long Debate about What Makes Living Things Tick, Chicago, University of Chicago Press, 2016.

Stéphanie Sauget, Le Cercueil de verre, Paris, éditions CNRS Éditions (parution début 2022).

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Programme – 13 septembre 2021

Organismes et systèmes techniques : Continuités

9h30 Accueil

10h Leopoldo Iribarren (ANHIMA, EHESS) & Mélanie Traversier (IRHiS, Université de Lille Vie & Technique : quelles histoires ?

10h15 Caroline Husquin (HALMA, Université de Lille) Restituer la fonction ? Restaurer l’apparence ? Petit excursus autour des prothèses dans l’Antiquité gréco-romaine

11h00 Bertrand Madeline (CRAL, EHESS) Le Persée tenant la tête de Méduse de Benvenuto Cellini : une image vivante

11h45 Pascal Brioist (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université de Tours) Étudier le vivant pour élaborer des machines : l’exemple des créatures volantes chez Léonard de Vinci

12h30 Déjeuner sur place (buffet)

14h15 Anton Serdeczny Rendre une technique possible : rite, mythe et sociologie dans la réanimation médicale (XVIIIe siècle)

15H00 Stephanie Sauget (CeTHiS, Université de Tours) Des cercueils pour survivre à la mort au XIXe siècle ?

15h45 Pause

16h00 Discussion animée par Perig Pitrou (LAS, CNRS/Collège de France/PSL)

17h00 Fin de la Journée

Technique, technologie 1 – 30 nov. 2020

Les présentations power point :

Liens pour les enregistrements BBB :

L’ensemble de la journée :

https://webinaire.ehess.fr/playback/presentation/2.0/playback.html?meetingId=820a61436b4daff72a053aba27ad855fc9fe833a-1606724298238

Commentaires suite à l’intervention de Valérie Tesnière

https://webinaire.ehess.fr/playback/presentation/2.0/playback.html?meetingId=820a61436b4daff72a053aba27ad855fc9fe833a-1606749512463

9h30 : Introduction

Session 1 – Définitions et périodisations

Présidence : Guillaume Carnino (Univ. de Technologie de Compiègne, COSTECH), Liliane Hilaire-Pérez (Univ. de Paris/ICT, EHESS/ Centre Alexandre Koyré)

10h-10h45:Isabelle Warin (ANHIMA)

La notion de tekhnê (τέχνη) en Grèce antique          

 « Tous les arts (tekhnai) chez les hommes viennent de Prométhée » (Eschyle, Prométhée enchaîné, v. 506) : l’histoire commence ici avec le Titan Prométhée qui déroba les tekhnai – les techniques  – à Héphaïstos et Athéna et le feu à Zeus pour les donner aux hommes. C’est un acte fondateur pour l’humanité qui s’affranchit ainsi de l’emprise divine. La maîtrise des tekhnai constitue dès lors la part divine qui réside dans l’être humain.

Dans l’Antiquité, le mot tekhnê recouvre une infinie variété de formes de savoirs, comme par exemple la poésie, la rhétorique, la médecine ou bien les mathématiques. Ce sont les philosophes qui ont largement contribué à définir la tekhnê, dont le champ sémantique évolue entre pratique empirique (empeiria) d’une part et science (epistêmê) d’autre part. Notre compréhension de cette notion est encore aujourd’hui rendue difficile non seulement par la nature des sources conservées qui sont essentiellement des traités de philosophie, mais aussi par la richesse sémantique du mot à travers les âges et également par les présupposés modernes concernant les notions de « technique » et de « science », autant de points sur lesquels nous nous proposons de revenir ici.

Le deuxième aspect de notre contribution concerne les détenteurs d’une tekhnê. Se pose ici un double problème : d’un côté, l’ambiguïté de la pensée grecque à l’égard de ceux qui maîtrisent une tekhnê et de l’autre la pensée moderne et ses préjugés qui associent encore trop souvent la tekhnê à l’artisanat. Les historiens de la Grèce antique ont ainsi largement contribué à faire de l’artisan, le « héros secret de l’histoire grecque » (P. Vidal-Naquet). Sur ces questions, les vestiges archéologiques jouent un rôle important qui reste cependant encore trop souvent sous-estimé par les historiens de l’Antiquité. 

Dans cette contribution, nous reviendrons ainsi d’une part sur les étapes décisives de l’histoire du mot tekhnê dans la pensée grecque antique, de l’œuvre homérique à l’époque hellénistique. Nous tenterons ensuite à partir de quelques exemples de brosser un tableau, forcément succinct, des détenteurs de tekhnai dans l’Antiquité. Notre travail s’appuiera à la fois sur les sources écrites obligatoires pour tenter de comprendre la notion dans son évolution temporelle, et sur les vestiges archéologiques indispensables pour saisir toute l’ampleur des tekhnai.    

The notion of tekhnê (τέχνη) in ancient Greece.

« Every art (technai) of mankind comes from Prometheus » (Aeschylus, Prometheus Bound, v. 506): The story begins here with Titan Prometheus who stole the technai from Hephaistos and Athena and the fire from Zeus to give them to the humans. This act founded therefore the mankind by freeing it from the divine ascendancy. Mastery of technai constitutes the divine part inhering in each human being.

In Antiquity the word tekhnê applies to a wide range of fields and knowledge for example poetry, rhetoric, medicine or mathematics. The philosophers largely contributed to the definition of tekhnê. It extends between empirical practice (empeiria) on the one hand to science (epistêmê) on the other. For two reasons it is difficult for us to gain a proper understanding of tekhnê – the nature of the sources and the semantic richness of the word over the time on one side and modern assumptions about « technology » and « science » on the other side.

A second point of our presentation deals with the individuals mastering a tekhnê. There are two problems: On the one hand, the ambiguity of the Greek thought towards those who master a tekhnê and on the other the modern thought and its prejudices which associates tekhnê and craftmanship. Historians in ancient Greek history have thus made the craftsman the « secret hero of Greek history » (P. Vidal-Naquet). Archaeological remains play here an important role too often underestimated by historians.   

In this contribution, we will go back to the decisive stages of the history of the tekhnê in ancient Greek thought, from Homer to the Hellenistic time. On the other hand, we will try to draw a picture of the tekhnê holders through a few examples. Our work will be based on both the written sources being crucial to understand the word and its evolution and the archaeological remains essential to understand the full scope of the tekhnai.

10h45-11h30 : Marcos Camolezi (HASTEC, Centre Alexandre Koyré)

Pour une histoire de « la technique » : le concept à travers les dictionnaires, 1800-1926

Dans cette communication, nous souhaitons contribuer à l’historicisation du concept de « technique ». En vue d’atteindre cet objectif historiographique, nous pouvons commencer par une étude lexicographique. Nous proposons un historique des premières occurrences du substantif féminin « la technique », dont l’apparition est plus récente que celle de l’adjectif homonyme. Ensuite, nous montrerons que ce substantif, et ses variantes allemande ou anglaise, ne fut reconnu dans les lexiques d’usage général qu’à partir du début du xixe siècle. Nous indiquerons à partir de quelle date « la technique » fut répertoriée en français, en anglais et en allemand ; nous montrerons comment les principaux lexiques grecs et latins publiés au xixe siècle utilisaient le terme « technique » pour définir, exemplifier ou traduire des mots à la racine « techn- » ; nous identifierons l’émergence et la propagation des sens fondamentaux assignés à ce terme dans les lexiques publiés au xixe siècle. De cette façon, nous espérons mettre en évidence une histoire errante de « la technique ». En effet, les lexicologues ne paraissaient pas toujours sûrs de ce qu’on devait faire de ce substantif : méritait-il une nouvelle entrée, était-il un mot étranger, un synonyme d’art, un « vieux nom » ? Par ailleurs, la plupart des définitions que l’on en donna jusqu’au début du xxe siècle ne concordent pas parfaitement avec « la technique » à laquelle nous, lecteurs contemporains, songeons aujourd’hui. De définition en définition, nous arriverons ainsi à la première entrée consacrée à substantif dans l’acception qui pourrait être à l’origine de l’âge de « la technique » en France dans le xxe siècle.

For a history of la technique: the concept through dictionaries, 1800-1926

The main goal of this paper is to contribute to the historicizing of the French concept of “technique.” In order to reach this historiographical objective, I would like to begin with a lexicographical study. I propose thus a history of the first occurrences of the French feminine noun “technique,” whose emergence is more recent than that of the homonymous adjective. I wish to demonstrate that this noun, as well as its German or English cognates, was not recognized in general lexicons until the beginning of the 19th century. I will present the dates from which “technique” and its cognates were listed in French, English and German; I intend to show how main Greek and Latin lexicons published in the 19th century used the term “technique” to define, exemplify or translate words with the root “techn-”; I expect to identify the emergence and spread of the fundamental meanings assigned to that term in the lexicons published in the 19th century. By doing so I hope to highlight a wandering history of la technique. Indeed, lexicologists did not always seem sure what to think of that noun: did it deserve a new entry, was it a foreign word, a synonym of art, an “old name”? Moreover, most of the definitions that were given until the beginning of the 20th century do not correspond perfectly with the “technique” that we, contemporary readers, are currently using. From definition to definition, I wish to arrive at the first entry devoted to that noun in the sense that could be at the origin of the age of la technique in France in the 20th century.

Pause

11h45-12h30 : Jérôme Baudry (EPFL, Laboratoire d’histoire des sciences et des techniques)

La Technologie et les brevets d’invention aux xviiie et xixe siècles

Dans les régimes de brevets d’invention qui se mettent en place au xviiie siècle, d’abord en Angleterre puis aux États-Unis et en France, la description (par le texte, l’image, le modèle, l’échantillon) occupe un rôle central. Elle permet d’opérationnaliser l’idée de contrat au fondement du brevet : protection contre divulgation. D’année en année, les « specifications » anglaises et américaines et les « mémoires descriptifs et explicatifs » français viennent alimenter une immense littérature technologique, dont la particularité est d’être (en principe) écrite par les inventeurs eux-mêmes. Dans cette communication, je propose d’explorer les styles et les techniques de représentation mis en œuvre dans les brevets d’invention, principalement en France, mais aussi en comparaison avec l’Angleterre et les États-Unis. L’étude de la diversité et de l’évolution de ces représentations dessine en creux tout à la fois une histoire renouvelée des brevets et de leurs usages, et une histoire de la pensée de la technique au xixe siècle.

Technology and patents in the eighteenth and nineteenth centuries

Description (through texts, images, models or samples) played a central role in the patent systems that emerged in the eighteenth century, first in England, later in the United States and in France. Description ensured that the contract—protection in exchange for disclosure of the invention— justifying the existence of patents worked not only in theory but also in practice. Gradually, English and American “specifications” and French “mémoires descriptifs et explicatifs” contributed to a large body of technological literature, the particularity of which is that it was (in principle) written by the inventors themselves. In this talk, I explore the styles and techniques of representation which were used in patents, mainly in France, in comparison with England and the United States. From the study of the diversity and evolution of these representations emerge a history of patents and their uses, and at the same time a history of technological thinking in the nineteenth century.

12h30-13h15 : Géraldine Barron (Université du Littoral Côte d’Opale, ICT, HLLI)

La pratique technologique en France au xixe siècle

Jacques Guillerme et Jan Sebestik, dans leur article sur les « commencements de la technologie », constatent sa dilution dans les sciences de l’ingénieur au milieu du xixe siècle avant une renaissance au xxe siècle au sein des sciences humaines. L’analyse des pratiques permet de suggérer sa survivance dans le sens qui lui est donné à la fin du xviiie siècle : la pratique technologique accompagne le développement des sciences de l’ingénieur et s’inscrit dans les sciences humaines émergentes. L’exemple de l’officier de marine Pâris permet de saisir les tensions entre science, technique et technologie et l’investissement du musée comme nouvel espace de la technique.

Practicing technologie in 19th century-France

Jacques Guillerme and Jan Sebestik, in their article on the “beginnings of technology”, note its dilution into the engineering sciences in the middle of the 19th century before its renaissance in the 20th century within the humanities. An analysis of practices suggests that technologie survived in the meaning it took at the end of the 18th century in France: technological practice accompanied the development of engineering sciences and was part of the emerging human and social sciences. The example of the naval officer Pâris allows us to grasp the tensions between science, technique and technology and the dedication of museum collections to technology.

Pause déjeuner

Session 2 – Technologies générales

Présidence : Marcos Camolezi (HASTEC, Centre Alexandre Koyré), Timothée Deldicque (Centre Alexandre Koyré, COSTEC)

14h15-15h : Leopoldo Iribarren (EHESS, ANHIMA)

La technologie générale d’Alfred Espinas : une rencontre inattendue de Marx et Durkheim en pays grec.

Centrale pour le matérialisme historique, la question de savoir comment la technique et les autres sphères de la vie sociale se conditionnent mutuellement n’entre pas comme telle dans le programme de la sociologie durkheimienne, focalisée avant tout sur le fait religieux. Héritière d’un vieux préjugé philosophique, la sociologie naissante manifeste, dans la sélection et la formulation de ses objets d’étude, un certain dédain pour la problématisation des activités instrumentales. Dans ce contexte, l’ouvrage d’Alfred Espinas, collègue de Durkheim à Bordeaux et l’un des maîtres de Marcel Mauss, intitulé Les origines de la technologie : étude sociologique (1897) constitue une exception remarquable. Si le titre de l’ouvrage l’inscrit de fait dans l’horizon d’une sociologie historique de la technique, en l’occurrence centrée sur la Grèce ancienne, son ambition n’est pas moins philosophique. En effet, Espinas conçoit son projet comme une « technologie générale » ou « praxéologie », c’est-à-dire comme une philosophie de l’action portant sur l’ensemble des activités humaines qui aboutissent à des procédés opératoires. Comme j’essaierai de le montrer dans ma communication, la transformation du concept grec de technê en une notion totalisante de « technologie » passe par une réconciliation problématique entre le matérialisme historique et la théorie durkheimienne de la solidarité. Il vaut la peine d’étudier cette opération épistémologique en elle-même, mais aussi parce qu’elle sera déterminante dans certains usages philosophiques et historiques postérieurs du mot « technologie ».

Alfred Espinas’s general technology: an unexpected encounter between Marx and Durkheim in Greece.

Central to historical materialism, the question of how technology and other spheres of social life condition each other does not fit as such into the program of Durkheimian sociology, which is primarily focused on the religious fact. Inheriting an old philosophical prejudice, the nascent sociology manifests, in the selection and formulation of its objects of study, a certain disdain for the problematization of instrumental activities. In this context, the work by Alfred Espinas, Durkheim’s colleague in Bordeaux and one of Marcel Mauss’s masters, entitled Les origines de la technologie: étude sociologique (1897) is a remarkable exception. Although the title of the work places it within the horizon of a historical sociology of technology, in this case centered on ancient Greece, its ambition is no less philosophical. Indeed, Espinas conceives his project as a “general technology” or “praxeology”, i.e. as a philosophy of action concerning all human activities that lead to operating procedures. As I will try to show in my paper, the transformation of the Greek concept of technê into a totalizing notion of “technology” requires a problematic reconciliation between historical materialism and the Durkheimian theory of solidarity. It is worth studying this epistemological operation in itself, but also because it will be decisive in certain later philosophical and historical uses of the word “technology”.

15h-15h45 : Valérie Tesnière (La Contemporaine, EHESS/Centre Maurice Halbwachs)

Lucien Febvre lu par Maurice Daumas : expérience collective et collaboration

Deux registres d’action se croisent sans se recouper complètement dans la pensée de Maurice Daumas, directeur scientifique et auteur de l’Histoire générale des techniques, parue aux PUF de 1962 à 1979, déjà auteur d’une Histoire de la science (1957, Gallimard, Pléiade). D’une part, le fait que l’invention technique résulte d’une expérience collective sans cesse accumulée, ce qui explique la simultanéité des inventions (cf. L’Apparition du livre, publié par L. Febvre et H.-J. Martin en 1958). D’autre part, les conditions de production d’une histoire des techniques indissociables d’une collaboration entre différents types de contributeurs Annales d’histoire économique et sociale, « Les techniques, l’histoire et la vie », n° 36, 30 novembre 1935). L’objet de la communication sera d’interroger les renvois entre ces différentes publications et les concepts à l’oeuvre sur la technique entre 1935 et 1980, sans oublier le fait que Febvre et Daumas sont également des entrepreneurs d’édition scientifique, pour qui la réflexion sur la technique ne se dissocie pas d’une expérience pratique. 

Maurice Daumas reading Lucien Febvre

Two concepts intersect without completely overlapping in Maurice Daumas’ work, publisher and author of Histoire générale des techniques (1962-1979, PUF) and Histoire de la science (1957, Gallimard). First of all, the fact that technical invention is the result of a collective experience constantly accumulating, which explains the apparent simultaneity of inventions (cf. L’apparition du livre, L. Febvre & H.-J. Martin, 1958). On the other hand, the conditions of a history of technology, including collaboration between contributors of different academic backgrounds (cf. Annales d’histoire économique et sociale, “Les techniques, l’histoire et la vie”, n°36, november 30th 1935). This article aims to investigate connections between the various concepts about technology  in these publications between 1935 and 1980, without forgetting that Febvre and Daumas were publishers : their reflexion on technology is not separated from practical experience.

Technique, technologie 2 – 25 janvier 2021

Atelier-concept Technique, technologie 2 – 25 janvier 2021

9h15 : Accueil

Session 1 –  Les techniques, la vie, le sensible

Présidence : Vincent Bontems (CEA, LARSIM), Perig Pitrou (CNRS, LAS)

9h30-10h15 : François Vatin (Université Paris Nanterre, IDHE.S)

Technique et technologie chez Marcel Mauss

Quand on évoque la notion de technique chez Marcel Mauss, on pense tout de suite à sa communication de 1934 sur « les techniques du corps » et à la célèbre définition de la technique qu’elle contient, comme « acte traditionnel efficace ».

Le succès de cette formule, qui mérite une discussion critique qu’elle n’a pas toujours eue, tend à occulter la réflexion d’ensemble de Mauss sur la notion de technique et la place centrale qu’il accordait à la « technologie », comme science de la technique, dans son projet général de sociologie. Résumer Mauss à la notion de « technique du corps », laquelle vise à poser la forme élémentaire de la technique (sans instruments), laisse penser que son regard serait tourné vers le passé des sociétés humaines. Or, dans ce domaine comme dans d’autre, si Mauss embrasse le passé long de l’humanité, c’est bien pour penser les problèmes du présent. 

Marcel Mauss avait été initié à la notion de technique, lors de ses études universitaires à Bordeaux, par son maître Alfred Espinas, le rival de son oncle Emile Durkheim, auteur en 1897 d’un ouvrage sur Les origines de la technologie. En 1941, déjà malade, il consacre à ce thème sa dernière communication « Technique et technologie », texte testamentaire, dans lequel il manifeste, en ces temps difficiles, sa foi dans la civilisation.

Cet exposé vise à restituer la cohérence d’ensemble de la réflexion de Marcel Mauss sur la technique et sa portée toujours actuelle.

Technique and technology in Marcel Mauss’s thought

When we talk about the notion of technique in Marcel Mauss, we think of his 1934 paper: “Techniques of the body” and its definition of the technique that as “effective” and “traditional” action.

The success of this formula, which deserves a critical discussion, tends to obscure Mauss’s overall reflection on the notion of technique and the central place he gave to “technology”, as a science of technique, in its sociology. Summarizing the thought of Mauss in the notion of “techniques of the body”, which aims to set up the elementary form of technique (without instruments), suggests that his gaze would be turned towards the past of human societies. In this area as in others, whereas Mauss embraces the long past of humanity, it is in order to think about the problems of the present.

Marcel Mauss was trained in the notion of technique during his university studies in Bordeaux by his teacher Alfred Espinas, a rival of his uncle Emile Durkheim and the author of The Origins of Technology (1897). In 1941, already ill, he devoted his last communication to this subject, “Technique and technology”, a testament text, in which he manifested, in these difficult times, his faith in civilization. This presentation aims to restore the overall coherence of Marcel Mauss’s thought on technique and its ever-present significance.

10h15-11h : Nathan Schlanger (École des Chartes) 

Eclectisme technologique chez André Leroi-Gourhan 

Autodidacte revendiqué, Leroi-Gourhan (1911-1986) se voulait le bâtisseur d’une discipline nouvelle, la “technologie” (primitive, comparée, préhistorique ou encore culturelle). En m’appuyant sur des sources publiées et archivées, je vais tenter de retracer les aléas de cette technologie, des années 1930s aux années 1960s, depuis ses origines ethnologiques auprès du musée de l’Homme et jusqu’à ses déclinaisons biologiques dans Le Geste et la parole. Ce cheminement sera mis en résonance avec d’autres préoccupations techniques et technologiques dans les sciences humaines et sociales du XXe siècle.

Technological eclecticism in André Leroi-Gourhan’s work

As a self-proclaimed autodidact, Leroi-Gourhan (1911-1986) aspired to construct a new discipline, called “technology” (primitive, comparative, prehistoric or cultural). Drawing on a range of published and archival sources, I will attempt to retrace the vicissitudes of this technology, from the 1930s to the 1960s, from its ethnological origins with the Musée de l’Homme to its biological versions in Le Geste et la parole. This trajectory will be linked with other developments on techniques and technology across the twentieth-century human and social sciences. 

Pause

11h15-12h : Timothée Deldicque (Centre Alexandre Koyré/ COSTECH)

Les apports de la critique canguilhemienne du schéma « applicationniste » entre science et technique pour penser la possibilité d’une « mise en science » des techniques

La critique du schéma « applicationniste », d’après lequel les techniques ne seraient que des applications pratiques de théories scientifiques, peut être considérée comme un geste fondateur commun à la constitution de la philosophie, l’histoire, l’anthropologie et la sociologie des techniques au XXe siècle, et donc, potentiellement, d’une technologie en sciences humaines. Pour ces disciplines, ce schéma empêche de comprendre le rôle des techniques dans l’expérience et les sociétés humaines. Cette critique apparaît constante dans l’œuvre du philosophe Georges Canguilhem et a pu servir de référence pour des acteurs des disciplines déjà cités. Elle est notamment au centre de deux textes de jeunesse (« Descartes et la technique », 1937 et « Activité technique et création », 1938) encore peu étudiés. Ces textes, comme quelques autres plus classiques de Canguilhem s’inscrivant dans la perspective de l’élaboration d’une philosophie biologique des techniques, mettent en lumière la dimension synthétique des techniques et leur irréductibilité analytique. À partir de leur lecture, j’essayerai d’ouvrir quelques pistes de réflexion afin de comprendre les difficultés que peuvent rencontrer les projets de « mise en science » des techniques. Pour ce faire, je m’appuierai – sans pour autant limiter ce matériau historique à l’analyse philosophique de Canguilhem – sur mon travail de thèse en cours concernant l’introduction de l’éducation technologique à l’école moyenne (1944-1985) et la méthode pédagogique de l’analyse technique.

What can the Canguilhemian criticism of the “applicationist” pattern between sciences and technologies bring to reflect on the possibility to formalize technologies ?

Criticism of the ‘‘applicationist’’ pattern according to which technologies are only practical applications of scientific theories, can be seen as a founding gesture common to the constitution of the philosophy, history, anthropology and sociology of technologies in the 20th century, and therefore, potentially, of a technology in the human sciences, understood as an interdisciplinary field in technical realities studies. For these disciplines, this pattern prevents to understand the role of technical realities in human experience and societies. This criticism appears constant in the work of the philosopher Georges Canguilhem and may have served as a reference for actors in the disciplines already mentioned. In particular, it is central in two early texts (‘‘Descartes et la technique’’, 1937 et ‘‘Activité technique et création’’, 1938) which have not yet been studied much. These texts, like some of Canguilhem’s more classical ones, which are part of the development of a biological philosophy of technologies, highlight the synthetic dimension of technical realities and their analytical irreducibility. From their reading, I will try to open up some lines of thought to understand the difficulties that can be encountered in projects whose aim is to formalize technologies. To do this, I will draw – without limiting this historical material to the philosophical analysis of Canguilhem – on my current thesis work on the introduction of technological education in the French middle school (1944-1985) and the pedagogical method of technical analysis.

12h-12h45 : Sacha Loeve ((Univ. Lyon 3, IRPhiL)

Une autre manière de faire de la technologie : la techno-esthétique comme connaissance sensible des techniques

« La technologie » a eu et a encore des sens multiples. Elle ne se réduit ni à une analyse des techniques à visée purement théorique, ni à une science de la production à visée d’efficience organisationnelle et applicative, ni à son sens confus actuel de « technique compliquée » parce que « scientifique ». Dans certaines de ses acceptions (chez les encyclopédistes, dans la tradition française d’anthropologie des techniques, dans la philosophie de Simondon), elle participe aussi d’un geste d’instauration d’une culture technique à visée d’émancipation et de communication des savoirs pour tous. En somme, connaître les techniques, c’est changer la culture.

Comment renouveler ce geste aujourd’hui ? Comment serait-ce possible à l’heure où les technosciences déploient leurs opérations à des échelles d’espace et de temps incommensurables aux échelles humaines d’appréhension (miniaturisation, réseaux) et où les dualismes de la modernité (Nature/Culture, Nature/Société, Nature/Technique) ne font plus sens ? Nous voudrions argumenter la pertinence d’une autre manière de faire de la technologie, celle d’une techno-esthétique entendue comme connaissance sensible des techniques. En combinant mises aux points théoriques et exemples pratiques, nous montrerons comment certaines pratiques de construction et de déconstruction d’objets-images plus proches du geste artistique que d’une science analytique méritent cependant d’être considérées comme des voies possibles de constitution d’une culture technologique aujourd’hui.

Another way of doing technology: techno-aesthetics as sensible knowledge of technè

“Technology” has been given and still has multiple meanings. It cannot be reduced either to an analysis of technical artefacts with a purely theoretical aim, nor to a science of production aimed at organizational and applied efficiency, nor to its current confused meaning of “complicated technique” because “scientific”. In some of its meanings (among the encyclopaedists, in the French tradition of anthropology of techniques, in Simondon’s philosophy), it also seeks to establish a technical culture aimed at the emancipation and the communication of knowledge for all. In short, knowing techniques is changing culture.

How to renew this endeavor today? How would that be possible at a time when the technosciences deploy their operations at scales of space and time incommensurable with human scales of apprehension (miniaturization, networks) and when the dualisms of Modernity (Nature/Culture, Nature/Society, Nature/Technics) no longer make sense? I would like to argue the relevance of another way of doing technology, that of a techno-aesthetics understood as sensible knowledge of technè. By combining theoretical focus-points and case studies, I will show how certain practices of construction and deconstruction of object-images that are closer to artistic gesture than to analytical science deserve nevertheless to be considered as possible routes towards the constitution of a technological culture today.

Pause déjeuner

Session 2 –  Des catégories au prisme de la Modernité

Présidence : John Krige (Georgia Institute of Technology, Atlanta),  Delphine Spicq (Collège de France, CCJ)

13h30-14h15 :  Ludovic Coupaye (University College London)

De la « technologie » comme concept hasardeux à la « technologie » comme catégorie vernaculaire

Cette présentation s’appuie sur l’analyse critique historique de la « technologie » comme concept hasardeux (L. Marx 2010, Schatzberg 2018), et sur la tradition anthropologique maussienne, pour une analyse de son rôle comme catégorie analytique en anthropologie. Comme tel, « technologie » est utilisé pour renvoyer à des pratiques et des objets observés dans des contextes ethnographiques très variés et des échelles très différentes, de la poterie à l’écriture voire l’imagination, de la reproduction humaine à la politique, des propulseurs et téléphones mobiles aux infrastructures. Ce faisant, « technologie » occupe la même position ethnocentrique que d’autres catégories, telles que la Nature ou la Société, qui elles ont fait l’objet de critiques et de déconstruction au cours des dernières décennies. On posera donc « technologie » comme étant une catégorie vernaculaire de la (post)modernité qui, outre d’agir comme une boîte noire, écrase par son contenu hégémonique les catégories vernaculaires « non-Modernes ». Puis on esquissera comment, en soumettant la « technologie » à la même critique faite à d’autres catégories « Modernes », il devient possible de révéler ethnographiquement le rôle central des techniques dans la construction des mondes sociaux.

From Technology as a hazardous concept to Technology as a vernacular category

This paper builds on the critical historical analysis of technology as a hazardous concept (L. Marx 2010, Schatzberg 2018), and on the anthropological Maussian tradition to examine its role as an analytical category in anthropology. As such, “technology”  is used to refer to practices and objects in a wide range of scales and ethnographic contexts, from pottery-making to imagining, from rituals to politics, from spear-throwers and mobile phones to digital infrastructures. In doing so it occupies the same essentialising position as “Nature” or “Society”, positions which has been the subject of criticism and deconstruction. The paper posits “technology” as category vernacular to (post)modernity, which not only acts as a black box, but also erases in an hegemonic way “non-Modern” vernacular categories. Instead, it outlines how, by applying to “technology” the same critical deconstruction done to other “Modern” categories, it becomes possible to ethnographically reveal the central role of technics in constructing social worlds.

14h15-15h :  : Prakash Kumar (Pennsylvania State University)

Technicalization: American Aid and Agricultural Universities in India

This paper addresses a range of discrete efforts to set up agricultural universities in India in the 1950s and 1960s with American aid. The first such university came up at Pantnagar during the Second Five Year Plan and six more at Ludhiana, Udaipur, Jabalpur, Hyderabad, Bangalore and Bhubaneshwar during the Third Five Year Plan. The US-India collaboration was generally celebrated in India as a project to break away from the British system of agricultural research institutions that India had inherited through its colonial experience. My paper addresses this collaborative effort between American agronomists and development planners and Indian educators, scientists and policymakers as an effort that was geared towards building an epistemic and infrastructural edifice through a fresh infusion of expertise. In calling this endeavor “technicalization” this paper brings attention to the new institutions, to professionalization and to identity and narratives that were launched in an ever-expanding agrarian arena. This new regime sought to legitimize itself through technicalization of skill and work. The hubris of technic in such a scenario allows access to the interplay of skill, body, and worth that can get relegated as “pre-technology” in the object-focused historiography of technology.

La technicisation : L’aide américaine et les universités agricoles en Inde

Cet exposé traite d’une série de tentatives particulières visant à créer des universités agricoles en Inde dans les années 1950 et 1960 avec l’aide des États-Unis. La première université de ce type est apparue à Pantnagar au cours du deuxième plan quinquennal et six autres à Ludhiana, Udaipur, Jabalpur, Hyderabad, Bangalore et Bhubaneshwar au cours du troisième plan quinquennal. La collaboration entre les États-Unis et l’Inde a été généralement célébrée en Inde comme un projet visant à rompre avec le système britannique d’institutions de recherche agricole dont l’Inde avait hérité par son expérience coloniale. Mon article traite de cette collaboration entre les agronomes et planificateurs du développement américains et les éducateurs, les scientifiques et les décideurs indiens comme un effort visant à construire un édifice épistémique et infrastructurel grâce à un apport neuf d’expertise. En appelant cette entreprise « technicisation », cette présentation attire l’attention sur les nouvelles institutions, la professionnalisation, l’identité et les récits qui ont été lancés dans l’arène agricole/agrairienne en constante expansion. Ce nouveau régime a cherché à se légitimer par la technicisation des compétences et du travail. L’étude de l’hubris technique dans un tel scénario permet d’accéder à la relégation des interférences entre habiletés, techniques du corps et valeur sociale ont pu être considérées comme une « pré-technologie » dans une historiographie ds techniques centrée sur les seuls objets.

Pause

15h15-16h :  Joshua Grace  (Department of History, University of South Carolina)

The “Shock of the Old” in Post-Independent Fundi Terminology: Lexicons of Doing, Knowing, and Learning in Adult Education Manuals in Tanzania, 1960s – 1980s

When Tanzania gained independence in 1961, many international development and education policymakers thought the new nation lacked scientific and technical languages. Such assumptions drew from colonial-based perceptions that African societies had never—or not yet—formed practices and knowledge one might categorize as “science” or “technology.” Kiswahili linguists subsequently attempted to create new technical languages suitable for citizens whom the state had marked as targets of sociotechnical change—stressing a need to create more knowledgeable, and thus productive, citizens in the name of nation-building. One such effort, Istilahi za Ufundi wa Magari (Terminology of Car Mechanics), translated every part of the motor vehicle into Kiswahili for application in adult night classes. This huge undertaking overlooked a key feature of car repair in the country: mechanics had long accepted English words for car parts—for example, carburetor becoming carbureta—while using Kiswahili verbs of doing, knowing, and learning East African societies had used for centuries.

Locating such Kiswahili verbs in technical manuals made primarily for adult night education programs, this paper leans back into much longer histories of fundi terminology. Fundi, a noun, denotes mastery of a range of tasks from divination, carpentry, tailoring, or car repair to soccer playing, music, and farming; ufundi refers to bodies of knowledge and practice. Neither carries the dichotomies of “technology” or “science,” and they thus find more resonance with histories of “technique” and “techne.” Yet, in some cases after independence, Tanzanian writers translated ufundi as “technology” even as they tied both terms (ufundi and “technology”) to nation-building efforts. This paper explores the enduring presence of Kiswahili verbs of knowing and doing from deeper pasts in post-independent adult education—a sort of “shock of the old” for independent nation building. It then speculates about some implications of understanding “technology” as a Kiswahili translation of ufundi instead of approaching it as a colonial or developmentalist borrow that needs a Kiswahili equivalent.

« Quoi de neuf » dans la terminologie Fundi post-indépendante : lexique de l’action, du savoir et de l’apprentissage dans les manuels d’éducation des adultes en Tanzanie, des années 1960 aux années 1980

Lorsque la Tanzanie a accédé à l’indépendance en 1961, de nombreux responsables du développement international et de l’éducation pensaient que la nouvelle nation manquait de langues scientifiques et techniques. Ces hypothèses s’inspiraient de conceptions issues de la colonisation selon lesquelles les sociétés africaines n’avaient jamais – ou pas encore – mis en place des pratiques et des connaissances que l’on pourrait qualifier de « science » ou de « technique ». Les linguistes kiswahili ont ensuite tenté de créer de nouvelles langues techniques destinées aux citoyens que l’État avait désignés comme acteurs du changement socio-technique, soulignant la nécessité d’avoir des adultes plus informés, et donc plus productifs, au nom de la construction de la nation. L’une de ces tentatives, le manuel Istilahi za Ufundi wa Magari (Terminologie de la mécanique automobile) a proposé de traduire en kiswahili toutes les pièces des automobiles pour les cours du soir pour adultes. Cette énorme entreprise a négligé un élément clé de la réparation automobile dans le pays : les mécaniciens avaient depuis longtemps accepté les mots anglais pour les pièces de voiture – par exemple, carburateur devenant carburta – tout en utilisant les verbes kiswahili de faire, savoir et apprendre que les sociétés d’Afrique de l’Est utilisaient depuis des siècles.

En repérant ces verbes kiswahili dans des manuels techniques conçus principalement pour les programmes d’éducation des adultes, cet article se penche sur l’histoire beaucoup plus longue de la terminologie fundi. Fundi, comme nom, désigne la maîtrise d’une série de tâches allant de la divination, de la menuiserie, de la couture ou de la réparation de voitures au football, à la musique et à l’agriculture ; ufundi fait référence à un ensemble de savoirs et de pratiques. Aucun des deux ne porte la dichotomie incluse dans « technologie » ou « science », ils trouvent donc davantage de résonance avec « technique » et « techne ». Pourtant, dans certains cas, après l’indépendance, les écrivains tanzaniens ont traduit ufundi par « technologie » alors même qu’ils liaient les deux termes (ufundi et « technologie ») aux efforts de construction de la nation. Cet article explore la présence durable des verbes kiswahili de savoir et de faire issus d’un passé profond dans l’éducation des adultes post-indépendance – une sorte de « choc de l’ancien » pour la construction d’une nation indépendante. Il interroge ensuite certaines implications de la compréhension de la « technologie » comme traduction en kiswahili de ufundi au lieu de l’aborder comme un emprunt colonial ou développementaliste qui aurait besoin d’un équivalent en kiswahili.

Philippe Bruyerre, La Puissance du vent, PUM, 2020

Philippe BRUYERRE La Puissance du vent. Des moulins à vent aux éoliennes modernes, Toulouse, PUM, Histoire et Techniques, 2020

La Puissance du vent

Parution le 19 novembre 2020

Prix de souscription jusqu’au 18 novembre 2020

L’éolienne est une machine de production présente depuis le Moyen Âge en Occident et qui dès l’origine met en œuvre un principe physique et une architecture globale qu’elle conserve encore aujourd’hui. L’histoire proposée dans ce livre s’articule autour de quatre scènes techniques, chacune située à une époque et dans un lieu précis et présentant un type particulier d’éolienne : moulins à huile à Lille aux XVIIIe et XIXe siècles, moulin électrique au Danemark au tournant du XXe siècle, aérogénérateurs en France dans les années 1950 et éoliennes modernes en Allemagne du Nord à la fin du XXe siècle. Pour chacune de ces scènes, les dynamiques techniques et les dynamiques socio-économiques qui façonnent l’éolienne sont présentées à partir d’une analyse historique détaillée. Sur la base de ces histoires, deux indicateurs de long terme sont définis donnant un éclairage nouveau sur l’histoire de cette machine, articulant recherche technique d’efficacité et exigence sociale de régularité de production.

Ingénieur Arts et Métiers, Philippe Bruyerre a créé en 1980 puis en 1992 des sociétés dans le domaine de l’énergie éolienne, une activité qu’il a cessée en 2007. Titulaire d’un mastère en philosophie des techniques en 2002, il a soutenu en 2017 sa thèse de docteur en sciences sociales à l’École des hautes études en sciences sociales (Centre Alexandre Koyré) intitulée Dynamiques d’innovation technique et d’intégration socio-économique. Le cas de l’éolienne en Allemagne, au Danemark et en France (sous la direction de Liliane Hilaire-Pérez).

http://tph.hypotheses.org/files/2020/11/Sommaire_-_HT02.pdf

http://tph.hypotheses.org/files/2020/11/Preface-_HT02.pdf

http://tph.hypotheses.org/files/2020/11/Introduction_extrait_-_HT02.pdf

Séminaire L’expérience des techniques: collections, reconstitutions, savoirs et savoir-faire 2020-2021

Université de Paris (Paris Diderot – Halle aux Farines, salle 574 F)

S1, vendredi, 15h30-18h30

Master Histoire, Civilisations, Patrimoine de l’Université de Paris et Parcours de Master « Histoire des sciences, des techniques et des savoirs » de l’EHESS

Christiane Demeulenaere-Douyère (Centre Koyré), Liliane Hilaire-Pérez (Univ. de Paris ICT/EHESS Centre Koyré), Fabien Simon (Univ. de Paris, ICT), Marie Thébaud-Sorger (CNRS, Centre Koyré)

Séminaire Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance 2020-2021

http://tph.hypotheses.org/files/2020/10/Seminaire-Technique-et-Science-du-Moyen-Age-a-la-Renaissance-2020-2021.docx

Séminaire Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance 2020-2021

Lundi de 17h à 19h, ENS 29 rue d’Ulm.

Vous devez en tant qu’auditeur, que vous assistiez à toutes les séances de séminaire ou non, et cela pour chaque séance systématiquement, vous identifier à partir du lien http://enquete.ens.fr/index.php/212445?lang=fr.

Catherine Verna Professeur d’Histoire du Moyen Âge Université Paris 8 / ArScAn UMR 7041

Philippe Dillmann Directeur de recherche LMC IRAMAT UMR 5060

Nicolas Weill-Parot (Directeur d’études, EPHE) discutant

Formes et fonctions du dessin technique (XVIe-XXe s.) – 14 oct. 2020

http://tph.hypotheses.org/files/2020/10/JE.Desssin.14oct

Formes et fonctions du dessin technique (XVIe-XXe siècle)

14 octobre 2020
 
Bibliothèque de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale
4 Place Saint-Germain-des-Prés
75006 Pari
s
Programme de recherche soutenu par le Labex HASTEC, le Centre Alexandre Koyré (CAK) et l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) Journée organisée par Daniel Blouin, Gérard Emptoz, Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre et la Commission histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

  9h30 : Introduction : Daniel Blouin, Gérard Emptoz, Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre

  10h. Marina Giardinetti (Ecole des Chartes) Quand le manuel oriente l’apprentissage : les femmes et le dessin

 Cette communication a pour objectif d’analyser l’apprentissage destiné aux femmes dans les arts décoratifs. Nous nous demanderons quels sont les supports, quels sont les réseaux, quelles sont les ambitions des structures de dessin. Nous comparerons la France et l’Angleterre afin de comprendre comment les deux poids lourds de l’Europe ont réussi à se distinguer dans les arts décoratifs à partir des arts féminins. Les sources proviennent notamment de la Society of arts de Londres et des manuels destinés à des femmes publiés au XVIIIe siècle.

 
 10h 30. Yohann Guffroy (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) Exploration graphique au sein des Transactions of the Society of Arts (1770-1843)

Notre objectif est de présenter ici l’évolution du dessin d’objet technique au sein de l’organe de communication de la Society of Arts de Londres, les Transactions (1770-1843). Pour cela, nous parcourrons à la fois les pré-publications manuscrites et les imprimés afin de
comprendre comment ont évolué ces représentations. Nous verrons par exemple qu’en ce qui concerne la partie manuscrite, les dessins à notre disposition sont de moins en moins réalisés par les candidats eux-mêmes et délégués à des dessinateurs professionnels. Outre l’aspect du dessin qui change, ce sont aussi les informations apportées au sein de l’espace graphique qui se modifient. Le dessin devient « prêt à l’emploi », le code des couleurs change, le rapport au texte se fait plus net, plus standardisé. Du point de vue des gravures de ces mêmes dessins, on notera par exemple le passage d’un objet « en perspective » à une forme beaucoup plus épurée, « en trait », se rapportant au dessin d’usine.

 
11h. Daniel Blouin et Gérard Emptoz (Société d’encouragement pour l’industrie nationale) La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et l’image multipliée. Techniques et usages de l’image dans un projet d’Encouragement (Années 1800-1900)

 La Société d’encouragement pour l’industrie nationale s’est largement appuyée sur l’image didactique, dans une acception plus large que le seul dessin technique, comme outil d’évaluation et comme moyen de promotion de l’invention. Elle s’est parallèlement et durablement intéressée aux techniques qui permettent de produire cette image et de la reproduire le plus largement possible : polytypage, lithographie, photographie, cinéma. Elle n’a pas seulement considéré ces techniques comme des instruments de sa propre activité, mais pour le champ nouveau qu’elles offraient, pour des productions à usage documentaire ou didactique, et, au-delà, pour la diffusion de contenus à valeur esthétique ou de simple distraction. Nous voudrions confronter les raisons et les aspects de ce lien tissé entre technique et usages globaux de l’image au XIXe et au début du XXe siècle, et le projet général d’Encouragement que la Société porte dans la majeure partie de cette période.

 
11h 30. Laëtitia Zicavo (Université de Paris) Le dessin d’ornement et les Sociétés des arts : “savoirs-utiles” et gammes de produits au cœur d’une économie de la variété (1750-1880)
 
Les sociétés des arts européennes ont cherché, aux XVIIIe et XIXe siècles, à encourager les progrès et les perfectionnements de l’industrie. Elles portent un intérêt particulier aux produits de consommation, qu’ils soient courants ou luxueux. Le dessin d’ornement fait pleinement partie de l’économie du produit promue par trois sociétés : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale de Paris, la Royal Society of arts de Londres et la Société des arts de Genève. Si le dessin a incontestablement un aspect esthétique, il représente aussi une valeur ajoutée plus technique à des produits aux gammes toujours plus larges. Que cela soit à travers l’impression sur faïence, la peinture sur velours, la gravure d’ornements sur bois ou métal et tant d’autres, le dessin est au cœur des préoccupations de ces institutions. En tant que véritable support à l’innovation, il s’inscrit dans un mouvement plus large de diversification des procédés décoratifs et des matériaux utilisés.


 12h. Timothée Deldicque (Centre Alexandre Koyré) Le dessin technique : une voie moyenne pour introduire l’éducation technologique au collège (1962-1970)

Nous reviendrons d’abord sur la constance avec laquelle les acteurs de l’Enseignement technique français, structuré depuis la fin du XIXe siècle, revendiquent la valeur culturelle et éducative des techniques en mettant en avant l’enseignement du dessin technique, considéré comme la langue universelle des techniques. Puis, nous mettrons en parallèle cette revendication avec l’importance prise par le dessin technique au sein de l’éducation technologique initiée au collège dans les années 1960, au moment où l’Enseignement technique est fondu dans le second degré et doit se couler dans la forme scolaire. Basée sur une rationalité analytique privilégiant les savoirs théoriques formalisés, la forme scolaire constitue un cadre peu propice à  l’émergence d’une technologie qui restitue aux techniques toute leur dimension synthétique. Le dessin technique apparaît alors comme une voie moyenne. Il rend possible une abstraction concrète des techniques qui ne se rabat pas sur une formalisation analytique.
  
 
14h30. Amélie Dessens (Ecole des Mines, Paris) Présentation du projet d’exposition sur les dessins de l’Ecole des Mines de Paris

La bibliothèque de l’Ecole des mines de Paris conserve dans ses collections des témoignages variés de la place du dessin dans la formation de l’ingénieur des mines, de la fin du XVIIIe au milieu du XXe siècle. Cette intervention présentera les grands axes de l’exposition prévue sur ce thème en 2021 à partir des archives et des ouvrages anciens du fonds patrimonial. Indispensable compétence qui fut même exigée à l’origine pour l’admission, le dessin est aussi enseigné à l’Ecole : bases « classiques » avec des exercices autour de bustes en plâtres, dessin technique et industriel, jusqu’au lever topographique où l’on perçoit l’importance de la géométrie. Les « Journaux et Mémoires de voyage de MM. les Elèves », collection de rapports de visite de sites industriels et miniers, sont aujourd’hui l’une des principales sources d’étude de la production des croquis et schémas des élèves issus de cette formation et seront donc particulièrement mis à l’honneur. Il faut y ajouter un certain nombre d’exercices de levers topographiques superbement aquarellés. Si la qualité n’est pas toujours homogène, certains élèves font preuve d’un vrai talent artistique qui se retrouve aussi dans les livrets des Petites revues annuelles. Le dessin se fait alors récréation : à l’illustration théâtrale se mêlent joyeusement les caricatures des enseignants.
 
 

AAC 30 mai 2020-Virtuosités. Ethique et esthétique du geste technique

01_COLL_VIRTUOSITE_APPEL_COMMUNICATION

01_COLL_VIRTUOSITE_APPEL_COMMUNICATION_english

Colloque « Virtuosités. Ethique et esthétique du geste technique du Moyen-Age au XIXe siècle »

Institut national d’Histoire de l’art – 14, 15 et 16 janvier 2021

Propositions de communications à adresser avant le 30 mai à Jean-Marie Guillouët (jmguillouet@gmail.com) et Valérie Nègre (valerie-negre@wanadoo.fr) : résumé de 2000 signes accompagné d’un CV d’une page.

Organisateurs : Jean-Marie Guillouët (Université de Nantes) Valérie Nègre (Université Paris 1 PanthéonSorbonne) Pauline Chevalier (INHA) Sigrid Mirabaud (INHA)

G. Rot, F. Vatin, Reynold Arnould, une poétique de l’industrie, 2019

Gwenaële Rot, François Vatin, Reynold Arnould, une poétique de l’industrie, Presses universitaires de Nanterre, 2019.

https://presses.parisnanterre.fr/?p=4329

https://www.parisnanterre.fr/publications/reynold-arnould-une-poetique-de-l-industrie–937750.kjsp

Pour information, des mêmes auteurs : “Reynold Arnould : un peintre à l’usine. Esthétique industrielle et mécénat d’entreprises dans la France de la Reconstruction, Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, n°3, 2015, p. 203-230.

Bon de pré-commande Reynold Arnould

 

 

“Retour de manivelle”. Appel à contribution

Appel à contribution pour le prochain numéro spécial « Patrimoine industriel » de la revue Patrimoines du Sud  https://journals.openedition.org/pds/

« Retour de manivelle. Quelle place pour les outils et machines dans l’étude et la valorisation du patrimoine industriel ? »

S. Loeve, X. Guchet, B. Bensaude-Vincent, French Philosophy of Technology, 2018.

Sacha Loeve, Xavier Guchet, Bernadette Bensaude Vincent (dir.), French Philosophy of Technology. Classical Readings and Contemporary Approaches, Springer, 2018.

E. Clarizio, X. Guchet, Vie, anthropologie, politique, 2019.

Emanuele Clarizio, Xavier Guchet (dir.), Vie, anthropologie, politique. Perspectives italiennes contemporaines en philosophie des techniques, Sesto San Giovanni , Mimesis, 2019

 http://www.editionsmimesis.fr/catalogue/vie-anthropologie-politique/

La philosophie des techniques connaît un formidable essor à l’échelle internationale depuis quatre ou cinq décennies, principalement à l’initiative de communautés de recherche en Amérique du Nord et en Europe du Nord. Dans ce climat particulièrement stimulant, comment se situent d’autres pays à forte tradition de pensée philosophique des techniques, en particulier la France et l’Italie ? Ce volume, issu d’un colloque qui a initié un dialogue franco-italien autour de cette question, entend porter à la connaissance d’un public de chercheurs et d’étudiants non italianisants le dynamisme actuel de la philosophie italienne des techniques. Combinant commentaires d’auteurs classiques et travaux sur des problèmes contemporains touchant les nouvelles technologies, les philosophes italiens des techniques sont en effet en mesure de proposer des approches originales, faisant ainsi entendre une voix différente, et ouvrant une voie différente, dans le champ de la philosophie des techniques.

Un compte rendu de lecture est à paraître dans Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines.

Tony Garnier, Une cité industrielle

Tony Garnier, Une cité industrielle (1917), Lyon, Archipel Centre de culture urbaine (Lyon) et les Éditions Deux-cent-cinq , 2019.

Fac-similé de l’exemplaire original de 1917, introduit par François Chaslin, architecte et critique d’architecture, et Thierry Paquot, philosophe et urbaniste.

Télécharger le communiqué de presse

La société robotisée, 2019

Marie-Hélène Parizeau et Soheil Kash (dir.), La société robotisée – Enjeux éthiques et politiques, Presses de l’Université Laval, Québec, Canada, 2019.

Une vingtaine d’auteurs, dont les philosophes Jean-Michel Besnier, Vanessa Nurock ou Catherine Larrère, y discutent toutes les facettes de la place des robots dans notre société face aux hommes, à leurs défis technologiques ou éthiques, face à leurs responsabilités, face aux animaux ou à l’environnement.

Un compte rendu de lecture par Guillaume Carnino paraîtra dans le n°12 d’Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines (juin 2020).